Le long du Tonle Sap

Le tonle sap est souvent méconnu des voyageurs, pourtant il représente le cœur du Cambodge. C’est un lac immense au centre du pays qui alimente en poisson et en irrigation la moitié des cambodgiens, et qui peut grossir jusqu’à 5 fois pendant la saison des pluies. J’en avais gardé un beau souvenir et je voulais faire découvrir aux enfants cette ambiance si particulière des villages flottants ( on en trouve 170).

Komplong Pluk

Aux alentours de Siem Reap, je décide donc de partir découvrir Kompong Pluk, village de pêcheurs sur pilotis extrêmement hauts. Nous prenons com d’hab notre gentil tuk tuk « playboy » pour rejoindre le tonle sap. Au bout de 15 minutes nous sortons de la ville et découvrons enfin la campagne cambodgienne, puis nous quittons la route pour emprunter un piste qui me rappelle mes premiers pas au cambodge. A partir de là, le trajet commence à devenir un peu sportif, la piste est défoncée, la terre est rouge et toutes les maisons alentours en sont recouvertes, avec les enfants on s’accroche bien pour ne pas passer par-dessus bord. En chemin nous admirons les rizières d’un vert magnifique.

Arrivés près du village, nous prenons un bateau pour la balade. La hauteur des maisons est vraiment impressionnante. Elles sont toutes extrêmement grandes, certaines très belles, et d’autres malheureusement un peu en décrépitudes… ici même les écoles et les pagodes sont nichées en hauteur, c’est rigolo. Le village est en fait très grand, nous naviguons une vingtaine de minutes avant d’en sortir, et nous passons ensuite dans des mangroves magnifiques avant de déboucher sur l’immensité du tonlé sap… impressionnant. Une vraiment belle découverte que nous partageons avec vous en vidéo

Direction Battambang

Le lendemain nous quittons Siem Reap pour Battambang. Le plus simple aurait été de prendre le bus, qui relie les deux villes en 4 heures, mais bon… comme j’avais envie d’un peu de piment, j’ai décidé de risquer notre vie en prenant le bateau.

Le concept du bateau c’est que tu ne sais pas quand tu pars : on s’est levé à 5h pour un départ à 7h et le bateau n’est partit qu’à 9h.
Tu ne sais pas non plus combien de temps tu vas mettre : au bout de 2h30 nous croisons le même bateau que nous dans l’autre sens, je me mets alors à espérer que nous avons fait la moitié du chemin… pas du tout, nous mettrons en fait 9 heures.
Ensuite, il faut bien comprendre que le bateau est très très inconfortable, des bancs en bois pour les chanceux et tous les autres entassés sur le toit, il est aussi extrêmement bruyant, et comme c’est un vieux rafiot en bois, surchargé et avec très peu de gilets de sauvetage, c’est pas hyper rassurant.. j’avais donc quand même allumé ma balise de détresse au cas où 😉

Une fois passé tous ces détails… j’ai quand même décidé de prendre le bateau car les canaux qui relient les deux villes sont magnifiques, et je ne regrette vraiment pas. Au départ nous passons un petit canal avant de déboucher sur le lac pour ensuite reprendre un bras du tonlé sap en direction de Battambang. Au fil de l’eau, le canal est plus ou moins étroit et nous traversons des dizaines de villages de pêcheurs, qui alternent maisons flottantes, bateaux-maisons, maisons sur pilotis. Nous allons très doucement ce qui nous permet de vivre une journée entière au rythme des villages : les moments de pêche où les filets immenses sont actionnés pas des installations en bambous impressionnantes, les fêtes, les réunions de villages, les repas entre familles, ou encore le bain dans le lac en fin de journée. Nous croisons des centaines d’enfants qui se réjouissent de notre passage qui transforme le canal en rivière à vagues. La nuit tombe et nous arrivons à Battambang quand même assez fatigués. Je suis ravie de cette traversée hors du temps, les enfants ont bien aimé aussi mais 9h c’était quand même beaucoup… ils en avaient un peu marre, tu m’étonnes ! Thom, qui n’était même pas à côté de moi a alterné lecture ( ça y est maman il a fini charlie), Nintendo & observation du paysage pendant 9 heures sans bouger. En tout cas Je les remercie d’avoir été si sages et patients pendant le trajet… et promis la prochaine fois on prend le bus 🙂