Copacabana

Mais non, nous ne sommes pas encore arrivés à Rio ! Nous sommes maintenant en Bolivie, notre avant-dernier pays, plus précisément à Copacabana, petite ville touristique sur le lac Titicaca, mais sur l’autre rive. Nous avons quitté maman et le Pérou et nous avons passé notre première frontière terrestre, un passage très rapide et pour les enfants un peu surréaliste :  changer de pays en passant par une porte, c’est quand même pas rien !… Thom a même réussi une expérience périlleuse, laisser un bras au Pérou et le reste du corps en Bolivie 😉

Copacabana est très différente de Puno de l’autre côté. La ville est beaucoup plus petite et ressemble davantage à une petite station balnéaire touristique qu’à une ville bolivienne. Beaucoup de restos, terrasses, boutiques d’artisanat, de tonnes de mais soufflés et… une cathédrale qui en impose, totalement disproportionnée par rapport à la ville, avec un petit air de mosquée ?!? vraiment très belle… en tout cas de l’extérieur car malheureusement elle était fermée.

Malgré cette petite ville sympathique, notre premier soir en Bolivie ne sera pas vraiment placé sous le signe du plaisir. En fin d’après-midi le vent se lève et la ville entière est frappée par une énorme coupure d’électricité… chouette, nous dinons à la bougie et nous tentons tant bien que mal de rejoindre notre hôtel dans le noir complet. Notre chambre est glaciale ( pire que chez félix) et même habillée sous les 3 couvertures j’ai froid !

Le lendemain matin, le grand ciel bleu est de retour et nous embarquons pour l’Isla del Sol, la plus grande ile du lac Titicaca. Ici nous retrouvons le calme et la beauté des paysages comme au Pérou… enfin, en encore plus beau, car l’immensité du lac est plus prégnante ici et les sommets enneigés de la Cordillera real, qui n’ont jamais été aussi proches, nous offrent une vue encore plus spectaculaire… vous aurez compris, je ne me lasse pas des paysages de ce lac si haut perché. Seule ombre au tableau, l’amabilité des habitants, qui comme sur l’Isla Taquilé, est inexistante. Pas de sourire, pas de bonjour, ici je sens qu’on n’aime pas les touristes, en tout cas je n’ai jamais ressenti autant de froideur de la part des locaux ! Nous restons deux jours sur l’île, mais Satine m’ayant encore fait une petite poussée de fièvre, nous renonçons à nos programmes de randonnées… c’est donc du repos et de la lecture dont nous faisons le plein ici.

Il est maintenant tant pour nous de quitter le lac Titicaca, dont nous aurons bien profité, direction maintenant La Paz.

 

2 commentaires sur “Copacabana

Les commentaires sont fermés.